Un jour, une histoire

Le 15 avril 1910

15 avril 1910

C’est près de Varsovie, à Grodzisk Mazowiecki, que naît Mieczysław Najdorf le 15 avril 1910. Polonais de cœur, le petit Najdorf fait partie d’une minorité dans la Russie tsariste. Et au sein de cette minorité, il appartient à une autre minorité, la communauté juive polonaise. Longtemps ballottée entre vexations, mesures discriminatoires et tolérance éclairée, les Juifs polonais connaissent depuis la fin du XIXème siècle une période très violente. Accusés à tort de l’assassinat du Tsar Alexandre II en 1881, ils sont victimes de pogroms comme à Bialystok en 1906 durant lequel plus de 100 Juifs furent massacrés. L’indépendance accordée par le traité de Versailles porte au pouvoir Jozef Pilsudski, sous le gouvernement duquel la situation s’améliore un peu pour les Juifs polonais dont la liberté de culte est garantie. Mais cette communauté subit à nouveau des mesures discriminatoires à partir de 1935, notamment l’interdiction d’exercer certaines professions.
Le jeune Najdorf s’accommode bon an mal de cette situation, dans une communauté très pauvre mais à la vie culturelle intense. Il suit d’abord les cours de David Przepiorka, puis de Xavier Tartacover, qu’il a toujours appelé « mon maître » et dont les parents sont morts dans un pogrom. C’est ensuite le temps des tournois dans la jeune capitale : 6ème du championnat de Varsovie en 1930, Najdorf termine 2ème en 1931. Toujours à Varsovie, mais en 1935 et pour le compte du championnat de Pologne, il termine 2e ex æquo avec Paulin Frydman et Henryk Friedmann, derrière Xavier Tartacover. Il défait même son maître lors d’un match joué à Torun (+2 –1 =2).
Une carrière internationale s’ouvre alors pour le jeune homme. 6ème à Margate en 1939, il est sélectionné pour les Olympiades qui se déroulent dans l’Eldorado de l’Amérique, l’Argentine. Au même moment, les armées allemandes et russes écrasent la république polonaise. La communauté juive sera bientôt exterminée. Najdorf décide de rester et devient Argentin, pays qui a depuis la fin du XIXème siècle une politique particulièrement accueillante pour les Juifs du monde entier. On compte en effet plus de 100000 Juifs en Argentine à l’époque. Et c’est tout naturellement que de grands intellectuels européens comme Stefan Zweig viendront y trouver refuge pour échapper à la Shoah.

Echémeride n.f. rubrique indiquant les événements échiquéens arrivés le même jour de l’année à différentes époques.

Rubrique tenue pour Route64 par Jérôme Maufras, auteur et historien du jeu d’échecs.