Un jour, une histoire

Le 5 juin 1975

5 juin 1975

Juin 1975. Tallinn baigne dans une lumière indolente. Sous le soleil estonien, 100000 personnes se massent en deux rangées pour voir défiler un long cortège silencieux. A l’avant de ce cortège, des officiels vêtus de noir encadrent une Berline hors d’âge. Allongé, élégant jusque dans son dernier complet, Paul Keres passe au milieu de la foule. Lui le patriote, reçoit le dernier hommage d’une nation à laquelle il s’était identifié corps et âme.

A la question « Pourquoi n’avez-vous jamais été champion du monde ? », il aimait à répondre, lucide « Je suis comme mon pays, je suis un peu malchanceux. » Lui le patriote célébré comme jamais champion d’échecs ne le fut : timbres à son effigie, rues à son nom, statue dans la capitale, il entre dès sa mort au Panthéon des grands hommes estoniens. En 2000, il se voit même décerner le titre de sportif estonien du siècle. Fait unique au monde, la jeune nation fête son indépendance en imprimant sur ses premiers billets de 5 couronnes le portrait du champion tant aimé. Preuve s’il en est de la communion entre la petite république et son digne représentant.

Echémeride n.f. rubrique indiquant les événements échiquéens arrivés le même jour de l’année à différentes époques.

Rubrique tenue pour Route64 par Jérôme Maufras, auteur et historien du jeu d’échecs.