Un jour, une histoire

Le 6 juin 1929

Une tombe en Allemand pour un Hongrois né en Slovaquie…

6 juin 1929

Dans les années 1920, Réti est à son apogée. Hypermoderne par ses conceptions révolutionnaires de contrôle indirect du centre, il se lie d’amitié avec Gyula Breyer et critique le dogmatisme des maîtres de la génération précédente, à l’instar de son contemporain Aaron Nimzovitch. Il pose plusieurs jalons dans cette querelle des anciens et des modernes. À commencer en 1922 par la parution d’un ouvrage novateur Les Idées modernes aux échecs, qui fait toujours référence. Puis c’est à New York en 1924 face à un Capablanca invaincu depuis 1916 que Réti s’illustre en jouant l’ouverture éponyme (1. Cf3 d5 2.ç4). Son prestigieux adversaire tombe sous ses coups. Bientôt la partie circule dans le monde entier et participe à la consécration du Tchécoslovaque autant qu’à la popularisation des idées révolutionnaires des hypermodernes. Réti ne profita pas longtemps de cette renommée puisqu’il meurt à Prague de la scarlatine le 6 juin 1929. Il est cependant rapidement emmené et enterré à Vienne, dans le cimetière où repose déjà son père.

Echémeride n.f. rubrique indiquant les événements échiquéens arrivés le même jour de l’année à différentes époques.

Rubrique tenue pour Route64 par Jérôme Maufras, auteur et historien du jeu d’échecs.